Milk and Cookies 16

Il me faudrait peut-être prendre un peu de recul, mais je préfère rédiger ce petit article tant que ma mémoire est encore vive.

Je suis allé me ressourcer hier à Londres et assister au 16ème concert Milk&Cookies de David Ford.

Les concerts Milk&Cookies sont des concerts qu’il fait chaque fin d’année au profit d’une association, pendant lesquels il joue des morceaux de son répertoire et des reprises de plus en plus intenses.

Sur les premiers concerts, ils offraient du lait et des gâteaux aux spectateurs en échange de leurs dons, d’où le nom…

Chaque année, il fait un concert à Londres et un dans une autre grande ville anglaise (j’étais allé assister à celui de Manchester l’année dernière), mais cette année, il n’y a eu qu’un seul concert (à Londres), pour cause de nouvelle arrivante dans la famille.

J’ai eu envie de grouper les bonheurs, cette année, en profitant de mon passage à Londres pour aller voir mes parents de cœur, à une heure de la capitale.

Il m’ont accueilli dans mon adolescence, il y a 35 ans pour un séjour linguistique et depuis, je leur dois tout, mon esprit, mon niveau d’anglais, mon humour britannique… ma passion pour la musique!

Départ donc vers 8h00 de la maison, pour un Eurostar à 10h15 qui me fait arriver à 11h30, heure locale, à Londres…

Gare du Nord, je me rends compte que j’ai oublié mon porte monnaie en Euros à la maison, mais c’est pas grave, j’arrive à m’acheter quand même de la lecture et de quoi petit-déjeuner.

Trajet tout ce qu’il y a de normal, ma seule petite inquiétude, c’est que je sais que j’ai à peine une dizaine de minutes à l’arrivée, pour choper le métro pour aller chez mes amis (y compris l’achat du billet), sous peine d’attendre le suivant une demie-heure.

… et avant de partir le matin, je me suis rappelé qu’un gentil ami chanteur conseille de surtout, surtout ne pas courir dans le métro de Londres… et après un échange de SMS, il me conseille de ne pas le faire avec plein de paquets… Pas de bol, je voyage chargé!

J’y arrive… et me voila en route vers Chesham, où j’ai passé tellement de temps ado! (et souvent depuis).

Durant le trajet, je me rends compte que dans mon porte monnaie, j’avais mes somnifères… Bon, va falloir faire sans!

J’y passe deux heures sereines, autour de légendaires lasagnes… Un peu inquiet avant d’y arriver, par le fait que mes amis ne rajeunissent pas.

Bonheur de pouvoir échanger avec celle que je considère comme ma mère…
(Je n’entre pas dans les détails de la relation compliquée avec la vraie)

Deux heures car il me faut revenir sur Londres.

Ils me déposent à la gare, et je prends une dernière photo.

Une bonne heure de long métro (ils sont au terminus de la ligne la plus longue, et j’ai eu droit à un omnibus) et me voila au même hôtel que l’année dernière, dans la même minuscule chambre… (La longueur et la largeur, c’est la longueur d’un lit une place)

Je me pose quelques courts instants, le temps de profiter du Wifi poussif…. et comme d’habitude, je ne tiens pas longtemps… Je file à la salle.

J’avais prévu d’y arriver à 17h30… J’y suis pile à 17h30… Direct à l’entrée des artistes, je ne me pose pas de questions.

Porte fermée… Je tente un discret toc-toc et quelques courts instants plus tard, la porte s’ouvre sur John, le beau-père de David… et plein de visages sympathiques m’accueillent. Sue, sa mère, Emma, sa femme, David et Sadie, de très anciens amis, Camille, une jeune fille extraordinaire, passionnée de pandas…

Et une petite Martha, dans son landau…

David est sur scène en train de finir d’installer son matériel, la balance n’a pas encore commencée et il a l’air d’avoir quelques soucis.

Je vais signaler ma présence et le saluer, et le laisse vaquer.

J’en profite pour distribuer des cadeaux que j’ai trainé toute la journée depuis Paris… Un sweat Panda pour Camille, offert par ma Camille… Elle a adoré, elle l’a porté toute la soirée en disant à tout le monde qu’elle était un Panda!

Des gâteaux en provenance de Reims pour les parents de David, une boite des même produits, mais plus grosse pour David et Emma… et une vraie Sophie la girafe pour Martha, leur petite fille née il y a un mois.

Emma sait ce que c’est!

Il n’y a que nous dans la salle + l’ingénieur du son…

Je profite du calme pour demander si je peux faire un raid sur le merchandising, avant la foule…

Et là, ils me disent que je peux aller me servir et prendre ce que je veux…

Faut pas plaisanter quand même (ou alors, j’ai mal compris), c’est un concert de charité…

Je me paie un beau t-shirt (le reste, j’ai déjà tout!)

Et puis, je retourne assister avec mes amis (oui, vraiment, ce sont des amis) à la balance…

J’adore cette salle, magnifique!

L’avantage de la balance, c’est que je peux me promener partout, profiter du gros son aux meilleurs endroits de la salle. Je sais déjà que je vais me mettre à ma place préférée pour le concert, qui est parfait du point de vue esthétique, mais moyenne pour le côté qualité du son.

Gary, l’un des amis-musiciens de David (celui à qui je fournis chaque semaine une sélection musicale pour son émission de radio) avait laissé sous-entendre que David travaillait sur une énorme reprise d’un morceau des années 70 pour cette édition…

… et nous la découvrons pendant la balance…

Avec l’autre David, on s’est regardés avec un sourire jusqu’aux oreilles!

Hotel California!!!

On aura droit à plein d’autres morceaux, toujours à 5 ou 6 dans la salle, dont certains ne seront pas joués le soir-même (Fat Bottomed Girls de Queen, par exemple)

Je pose tout mon bazar dans les loges et reviens m’installer avant que les portes n’ouvrent… Non sans être passé me ravitailler en cookies!

Quelques photos avant que le concert ne commence…

Un peu avant le début du concert, je vois passer sur le côté de la scène, Dave Wibberley, le manager de David Ford… Je me dis qu’il ne va pas me reconnaitre, mais quand il me voit, à ma place stratégique, il me fait un grand sourire et des grands signes amicaux!

La première partie du concert a consisté de:

You shook me all night long (AC/DC)
The ballad of Miss Lily
Une nouvelle chanson sur l’économie de marché
Martha (Tom Waits) – ce qui explique le prénom de leur fille (David a fait monter son invitée spéciale sur scène avant le morceau)
Une nouvelle chanson sur la sensation le jour où ils ont fait l’échographie
Take my Breath away (Berlin)
State of the Union… j’en ai pris plein les yeux et les oreilles
How I got to Memphis (Bobby Bare) – Repris chez nous par Eddy Mitchell – Sur la route de Memphis.
Waiting for the storm
Hotel California (The Eagles) – Vibrante!

Pendant la première partie, j’ai pris la décision de changer de place à l’entracte et d’aller profiter de la fin du concert à l’arrière de la salle, où se trouvaient la plupart de mes contacts.

J’avais déjà pris plein de jolies photos!

Passage par la loge à la pause pour récupérer une bouteille d’eau, j’échange quelques mots avec David
(Oui, ça fait un peu « je me la pête »!)

Et je file m’installer au fond, pour une seconde partie qui m’a fait aller ailleurs.

Loin…

Bon, les photos sont moins flagrantes!

Je m’étais installé appuyé sur un grand piano, en fond de salle, à côté de Sadie (elle s’est assise sur le piano, je n’ai pas osé) et avec le stand de cookies (avec Sue et Camille) à ma gauche…

Cette seconde partie nous permettra d’entendre:

Life on Mars (David Bowie)
Pour a little poison
Sweet baby James (James Taylor)
I don’t care what you call me
Deeply dippy (Right Said Fred) – Ça a fait beaucoup marrer le public, mais je ne vois pas ce que c’est.
One of these days – ma chanson préférée du moment.
Ace of spades (Motörhead – en version groove-funk… C’est de cette chanson dont nous avions discuté à la pause avec David, dans la loge)
Your mother and I (Loudon Wainwright)
Every breath you take (The Police – en version somnifère)
All that she wants (Ace of Base)
Song for the road – Et là, sur cette chanson que je connais par cœur, que j’ai entendu des centaines de fois, j’ai été au bord des larmes!
Purple rain (Prince) – Quelle version!!!!!

Je me suis surpris, sur cette seconde partie, au fond de la salle… à danser!

Bon, c’était pas de la tektonik, mais j’ai passé la dernière heure à me laisser aller à suivre le rythme et à lâcher prise…

Qu’est-ce que c’était bien!

A la fin du concert, le manager de David, qui, lui aussi s’était repositionné en fond de salle est venu discuter avec moi et je me suis encore pris une claque tellement il a été gentil avec moi (j’ai côtoyé trop de « professionnels » de la musique hautains).

Je le recroiserai plusieurs fois dans l’heure qui a suivi, et il m’a présenté à plein de gens comme leur représentant en France.

Après le concert, j’ai été encore surpris de l’état de la moquette… Jonchée de gobelets et de verre vides.

Suis resté jusqu’à ce que nous ne soyons plus qu’un dizaine dans la salle, à échanger avec tous…

… et à prendre plein de photos avant de partir

Avec Leslie

Avec un Panda

Avec Sue

Avec Sadie

et son mari, David

et enfin, avec John!

… et avec un ami cher… avec mon vieux Blackberry.

Parti de la salle après minuit… Arrivé à l’hôtel après une heure du matin.

Pas de livre, pas de petite pilule blanche… Excitation à son maximum… Endormissement étrange.

Une autre Zaza

Je dois énormément à ma meilleure amie que je ne citerai pas son nom pour l’embarrasser plus que nécessaire.

Ça faisait des années qu’elle me demandait de l’accompagner à un spectacle de Zaza Fournier, et moi, en vieux bougon, pas convaincu, je résistais à ses attaques.

Et fin mai dernier, elle a tenté une nouvelle fois…

« Tu veux pas venir avec moi voir Zaza Fournier? »

« Mouais, sais pas… »

« C’est gratuit »

« Bon, ça se tente »

Me voila donc un soir de mai au Pan Piper, à Paris, salle que je ne connaissais pas, avec mon acolyte préférée, prêt à prendre une baffe magistralement inattendue.

Visuellement, la jeune fille avait tout pour me plaire… mais son univers m’était totalement inconnu… et surtout, elle est accompagnée sur scène par un surdoué: Majiker.

Déjà le gars est britannique, donc, il part avec un crédit confiance énorme de ma part.
Je n’ai jamais vraiment été trop emballé par les beatboxeurs… mais lui est exceptionnel… Il crée des ambiance et produit des sons surprenants… et interprète une sorte de personnage lunaire pendant le spectacle.

Je suis reparti du spectacle emballé…

Avec l’envie de la revoir rapidement.

Coup de chance, elle passait dans une petite salle pas loin de chez nous trois semaines plus tard, voici quelques photos de ce passage… pas exceptionnelles, sans flash, avec leurs costumes noirs sur fond noir.

J’avais réussi à avoir (presque) ma place préférée.

L’incroyable Majiker

J’ai réussi à filmer deux fois deux chansons…

Les dégâts sur scène après la jeune fille aux fleurs…

Et une de ces fleurs dans les cheveux de Marie-Hélène pour la jolie photo finale.

Matinées ensoleillées

J’ai décidé de changer un peu l’utilité de blog, et de ne le centrer désormais plus sur mes achats culturels.

Ceux-ci feront l’objet d’un post Facebook, c’est plus rapide et plus pratique…

Par contre, ici, je continuerai (probablement) à parler de concerts (j’en ai deux avec des jolies photos à rapporter) et d’autres petites choses…

Je rentre de trois jours à la campagne et les matins y ont été magiques…

Au réveil, le premier jour, un invité habituel à la fenêtre…

Quelques instants plus tard, habillé, je suis allé me promener dans le pré en face de la maison.

La rosée n’était pas encore évaporée

Il y a un arbre!

Lendemain matin, je n’ai même pas pris la peine de me changer. Un sweat, des chaussettes et je suis parti dans la brume…

Et toujours la rosée…

Et au détour d’une clôture, des vaches fantomatiques…

Reconversion professionnelle

Si je devais me reconvertir, je sais déjà vers quoi j’irais… mais j’aimerais bien éviter d’avoir à le faire, vu que je ne pourrais jamais espérer conserver mon niveau de vie… en tout cas, je vais continuer à faire ça en hobby, c’est plus passionnant… Vous comprendrez un peu plus bas…

Hier, j’ai reçu un CD en édition très limitée, numéroté à la main par l’artiste lui-même (j’ai le numéro 12):

Nick Webb est un artiste du sud de l’Angleterre… Le lien que j’ai avec lui, c’est que c’est un ami de Gary Page qui est un ami/musicien de David Ford.

J’ai découvert la musique de Nick Webb par le biais de l’excellente émission de radio de Gary (avec qui je suis devenu très ami)… dans laquelle ce dernier diffuse chaque semaine ma sélection de titre Européen (hors Angleterre donc).
Pour marquer le coup du Brexit, Gary devrait jouer « Putain, Putain » de TC Matic (Arno) ce dimanche.

Bref, j’ai reçu ce CD hier et c’est très agréable, calme, reposant

Pour en savoir plus et écouter des morceaux , c’est !

Concernant une éventuelle reconversion, mais qui reste actuellement un hobby… Après la réussite du concert de David Ford à Paris en Mars dernier, je commence déjà à travailler à son prochain passage.

A ce concert, une grosse poignée d’Anglais avaient fait la traversée.

Parmi eux, il y en avait un, un peu plus excentrique que les autres…

Peu de temps après le concert, il m’a fait suivre un message dans lequel il avait donné mes coordonnées à un duo allemand qui cherchait des contacts pour se produire sur Paris.

J’ai mis un peu de temps à réagir, mais après avoir survolé un titre ou deux, je suis entré en contact avec le chanteur pour lui proposer mon aide…

Et c’est parti, je suis en train de les aider à monter quelques concerts dans l’Est de la France, et à tenter quelque chose au même endroit que David Ford en Mars…

Depuis, j’ai écouté un peu mieux et j’ai été fort agréablement impressionné par leurs compositions.

Surtout celle-là:

Le chanteur est très sympa… C’est un plaisir d’interagir avec lui!

Il y a d’autres vidéos du même concert, !

Ils passent dans un café du côté de la Bastille le 7 Septembre prochain.

Plein de trucs et des soldes

Bon, ça fait au moins trois semaines que je n’ai pas relaté mes récentes dépenses, et il y a beaucoup de retard alors je vais peut-être être succinct…

Il y a à peu près trois semaines, on a fait un week-end prolongé à notre maison de campagne.

Pour simplifier le souci d’heure de départ, j’avais travaillé de la maison le vendredi.

Du coup, je suis allé faire un tour à mon ancien magasin préféré le matin.

J’y ai pris:

Un album d’un gars qui s’appelle Vanupié. Je ne le connaissais que de nom car une jeune femme qui avait travaillé pour moi, il y a deux ans, m’en avait parlé après l’avoir vu dans le métro. L’ai écouté rapidement, c’est assez sympa (quelque part entre Tryo et Sanseverino). A ré-écouter.
Regardez-donc les critiques sur le site de la Fnac, que du 5 étoiles!

Pour délirer un peu:

(Bon, c’est vite fatiguant)

Par nostalgie:

Par curiosité:

J’aime bien cette édition de DVDs (c’est ce qui m’a décidé). Que des petits films indépendants anglais ou US, en VO.
J’ai vu dans cette série deux films de jeunesse rares avec respectivement, Jude Law et Daniel Craig. Très intéressants.
Et puis, dans ce film, il y a Lauren Ambrose!

Pendant le long week-end, passage à un dépot-vente local où j’ai acquis 3 LPs:

Une rémiscence des années 80 (ça a beaucoup vieilli)

(un mec qui a eu sa demie-minute de gloire en proposant des arrangements pop sur une voix pseudo-opéra, avec synthé Bontempi sur tous les morceaux)

Plus vieux encore, typiquement années 70, un disque qu’il y avait systématiquement quand j’allais en colonie de vacances (je l’avais déjà, mais le vinyle était en mauvais état)

(Avec l’excellent Roger Mason, qui n’a aucun rapport avec Roger Waters et Nick Mason de Pink Floyd!)

et un très bon album de Serge Reggianni

De retour à Paris, je suis allé traîner un midi chez les Fennecs proches de mon nouveau bureau pour y acquérir un peu de lecture:

Le troisième volume de la trilogie Mr Mercedes… L’ai commencé la semaine dernière, ça me parait pas mal.

Les Fennecs faisaient une opération 4 CDs pour 20 Euros, et dans cette opération, il y avait une compilation (3 CDs) qui me faisait de l’oeil depuis longtemps mais que je me refusais de payer au prix fort (plus de 25 Euros).

Donc je l’ai prise:

Toute la carrière du groupe, entrecoupée de morceaux solos des différents membres du groupe (y compris, le fabuleux Signal to Noise de Peter Gabriel).
Plus c’est récent, moins c’est bon!

Pour compléter les 3 autres CDs, j’ai pris un grand classique

… et la bonne excuse pour prendre les deux CDs avec des traces de David Ford dedans:

Je suis retourné à ce petit magasin la semaine dernière pour voir ce qu’ils proposaient d’intéressant pour les soldes et y ai acquis pour presque pas grand chose:

Quelle claque… Du punk celtique de Boston… recommandé par Bruce Springsteen!

Instantanément adoré!

Très agréable à écouter!

… et parce que le nom était souvent passé sous mes yeux depuis quelques mois

C’est du Didier Super au féminin, en plus trash, chanté par une jolie blondinette… Surprenant.

Tant que j’y étais j’ai aussi pris le DVD de son concert (soldé aussi)

Et pour deux Euros

Lundi, mes pérégrinations m’ont amené à me retrouver aux 4 temps à la Défense (je vous laisse imaginer comment j’ai kiffé y être un lundi midi de début de soldes).

En me dirigeant vers le métro, j’ai vu un magasin Cultura qui m’a irrésistiblement attiré.

Pour 3 Euros, j’en suis ressorti avec ce double CD.

Ce midi, je suis retourné chez les Fennecs les plus proches car je voulais y acquérir ce livre:

Du coup, j’ai regardé ce qu’ils avaient remis dans le bac de soldes…

(Les cubains qui collaborent avec plein de petits jeunes)

Bon, il va falloir que je me calme!